top of page
Search
  • contact187218

Les rats, ces indésirables placés sous haute surveillance

Updated: Dec 8, 2021

La Ville de Lyon et la Métropole conjuguent leurs efforts pour maîtriser la population des rats et la tenir éloignée des Lyonnais. Le territoire, quadrillé, est placé sous surveillance constante.


Il n’est pas rare de croiser les rats à Lyon. Au Bachut, en presqu’île, niché au fond d’un composteur, le rat, Rattus norvegicus, de son nom scientifique, se joue des hommes et profite de ses failles. Pour autant, Lyon reste “clean”. Le service hygiène urbaine de la Ville de Lyon, créé en juillet 2013 et dirigé par le Docteur Sophie Pamiès, s’y emploie. Ce service public quadrille le terrain et ce, depuis de longues années. Tout est désormais cartographié, et les techniciens connaissent les points sensibles où le rat peut venir au contact de la population. Mais, la nécessité de réguler la population des rongeurs est parfois mise à mal par certains défenseurs de la cause animale. S’affrontent alors les visions scientifique et animaliste entre lesquelles le politique est souvent tiraillé.


Des zones cibles identifiées : Au nombre de cinquante sur Lyon, ces zones concernent parcs et jardins, vieux quartiers, traboules, souterrains, égouts, voies sur berges, La Part Dieu, Lyon 7e et le Vieux-Lyon.

Des zone traitées non-stop Depuis 2013, quelques sites sont traités de façon permanente. C’est le cas des berges du Rhône et des abords de La Part Dieu. Des boîtes à appât sécurisées sont positionnées et fonctionnent si elles ne sont pas cassées. En 2013 et pendant six mois, la section LAV en a testé de nouvelles sur plusieurs zones, notamment sur les quais de Rhône. Ressemblant à des armoires électriques dans leur design, elles améliorent la sécurité en évitant d’exposer enfants et animaux domestiques aux appâts destinés aux rats. Le service se montre vigilant sur les aires de jeu fréquentées par des enfants et accorde une attention particulière aux habitats dégradés occupés par des populations très vulnérables.


Ne pas nourrir les pigeons : une éducation à faire Sur les places, le service Écologie urbaine est confronté aux personnes qui nourrissent les oiseaux ! Leur comportement favorise la venue des rats. Les techniciens mettent en place des actions de médiation avec ces personnes pour leur expliquer les impacts de leur action sur l’environnement. Un discours répété, mais pas toujours suivi d’effet.



50 000 Nombre d’individus auquel peut donner naissance un couple de rats en deux ans. Sur Lyon, la population de rats serait égale à celle des Lyonnais.

24 views0 comments

Recent Posts

See All
Post: Blog2 Post
bottom of page